Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 14:07
Le déluge dramatique

Heureux de retrouver la beauté du palais des Papes, que nous avions quittée l'année dernière, empreints de la force du "Maître et de la Marguerite", de Burney, nous revenons avec l'espoir de poursuivre ce beau voyage théâtral. Lieu majestueux, scénographie simple mais imposante, nous disposons de quelques minutes pour imaginer le rôle de ces immenses tribunes peintes en bleu, un bleu pur qui s'impose et habille, de sa clarté, la hauteur des murs de pierres. Pour honorer la puissance de ce site, Stanislas Nordey, un des deux artistes associés, monte "Par les Villages", de Peter Handke, un poème opposant le monde des intellectuels à celui des ouvriers. Une réflexion sur les souvenirs et l'attachement à ses racines.

Accompagné d'une guitare aux airs envoûtants et mystiques, Laurent Sauvage fait son apparition et se maintient immobile, le temps de s'imprégner des vibrations de cette Cour d'Honneur, suspendue à son regard et déjà pleine d'émotions. Comédien brillant, fidèle compagnon de jeu de Stanislas Nordey, entre autres dans "My Secret Garden", sa présence, seule, véhicule des sensations et exerce une emprise incontrôlable sur le spectateur. Il sera rejoint par Jeanne Balibar, légère et libre. Puis, nous aurons la chance d'apercevoir Annie Mercier, dont le timbre bien connu nous fait pénétrer dans l'antre des ouvriers. Fort d'un charisme incontestable, Laurent Sauvage aura été jusqu'à déclencher les foudres d'Avignon! À peine entré sur scène, Stanislas Nordey est immédiatement confronté à une pluie battante qui se déverse sur les spectateurs, lesquels, frustrés, décident de quitter leur siège. Terrible destinée pour la Première de cette mise en scène tant attendue et si brusquement rattrapée par la réalité de la vie! Quoiqu'il en soit, ce saisissant avant-goût ne restera que le prémice d'une aventure, que nous sommes impatients de continuer de découvrir à partir du 5 novembre au Théâtre de la Colline, dans une enceinte, cette fois, de murs parisiens.

Retrouvez cet article sur l'Huffington Post

Partager cet article

Repost 0
Published by Les planches à clous
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Théâtre

  • : NOUVELLE ADRESSE : http://critiquestheatrales.wordpress.com/
  • NOUVELLE ADRESSE : http://critiquestheatrales.wordpress.com/
  • : Planches courbes et planches à clous, vous éclaire sur les scènes d'un certain type de théâtre. Entre forts partis pris et démarches incomprises, les scènes parisiennes et avignonnaises seront mises à nues. A travers la découverte de nouveaux univers et de points de vues plus aiguisés de professionnels et passionnés,vous aurez une vision du paysage dramatique actuel. Retrouvez moi également sur le site Les Trois Coups.
  • Contact

Profil

  • Les planches à clous
  • La salle a payé et on lui doit le spectacle. Tu es la comédienne de théâtre, la splendeur de l'âge du monde, son accomplissement, l'immensité de sa dernière délivrance. Tu as tout oublié sauf Savannah, Savannah Bay. Savannah Bay c'est toi."
  • La salle a payé et on lui doit le spectacle. Tu es la comédienne de théâtre, la splendeur de l'âge du monde, son accomplissement, l'immensité de sa dernière délivrance. Tu as tout oublié sauf Savannah, Savannah Bay. Savannah Bay c'est toi."

Zoom sur

FESTIVAL D'AUTOMNE

Découverte du mois

Y A-T-IL UNE CRISE THEATRALE?

Rencontres

BERNARD SOBEL