Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 11:24

 

macaigne.jpegAprès un passage à succès au Cloître des Carmes à Avignon, Vincent Macaigne envahi la scène du Théâtre de Chaillot avec une réécriture des plus originale et surprenante du célèbre Hamlet, de Shakespeare. Relecture contemporaine basée sur un problème générationnel de manque de communication entrainant la violence physique, c’est dans un décor surchargé d’éléments parfois sans queue ni tête que tous les personnages s’agitent au Royaume du Danemark en quête de pouvoir, de vérité et d’amour. Véritable show à part entière, entremêlé de digressions comiques, Macaigne par son talent et son excellente direction d’acteur à su nous présenter une version plus distrayante mais autant touchante et violente que celle de notre héros shakespearien happé par son rôle de fou.

 

 

Théâtre National de Chaillot link

 

Repost 0
Published by planches courbes et planches à clous
commenter cet article
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 11:05

 

castellucci.jpegAlors que le Palais des papes était resté silencieux cet été, c’est en déclenchant une polémique et une révolte sans relâche des activistes catholiques, que Roméo Castellucci arrive sur la scène du Théâtre de la Ville pour nous présenter sa nouvelle création Sur le concept du visage du fils de Dieu. Pièce courte, dialogues en italien, tout réside alors dans la relation du père incontinent, humilié et de son fils plein d’amour et de lumière. Perte de substance et perte de soi, Castellucci place la scène et la salle sous le regard imposant du visage du Christ représenté sur une toile de fond qui sera souillée et détruite par d’impressionnants effets de mise en scène. Le théâtre est certes censé être un lieu de liberté d’expression, néanmoins, est t’il nécessaire d’user d'autant d'effets scatologiques pour divulguer un tel message, qui plus est n’est pas significatif pour toutes les générations ? De plus, la prise de position de saccager le visage du Christ en laissant apparaître You are (not) my sheperd, n’est il pas trop incisif et osé pour quelqu’un qui prône « Je ne pense pas que ma conviction religieuse intéresse quiconque. D’ailleurs, je ne parle pas de ces choses là »?!

 

Théâtre de la Ville link

Le 104 link

 

Repost 0
Published by planches courbes et planches à clous
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 16:05

imagesComédien à l'énergie étonnante et au talent fabuleux, la prouesse de François Boursier, l'homme aux multiples facettes est à saluer. Resister c'est exister, c'est une trentaine de costumes suspendus au plafond, dans lesquels se glisse le comédien afin de nous faire voyager dans le Paris populaire de 39-45. Une fois de plus, Isabelle Starkier étonne et émerveille par la richesse d'une mise en scène pétillante et pleine de découvertes. Plongés en plein coeur du théâtre à l'état pur, ce prestidigitateur à la palette pleine de couleurs, nous entraine dans sa folle course, entre rire et larme, le chemin de la Resistance s'avère plein de surprises.

 

http://www.ze-prod.fr/voir-fiche-resister-cest-exister.html

Repost 0
Published by planches courbes et planches à clous
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 11:14

images.jpeg-a.jpegFidèle à la Tâche d'encre depuis plusieurs années, Manuel Pratt l'homme au franc parlé qui a souvent crée la polémique au point d'être devenu dans certains endroits persona non grata, revient avec Couloir de la mort, une création bouleversante. Toujours avec son principe d'entrée libre, suivie du passage du chapeau à la fin de la pièce, c'est une vraie leçon de vie, un retour même à la simplicité et au partage, loin de tout ce business économique et commercial que peut engendrer un tel festival. Assis, seul sur scène, tout réside dans la force de l'interprétation poignante de Manuel Pratt qui se glisse dans la peau de Gérald S. Farley Matchett, cet Américain condamné à la peine de mort avec lequel il a correspondu pendant des années. Sujet sensible, propos intenses et appel à la réaction, comment réagit l'homme lorsqu'il se sait perdu?

 

http://www.manuelpratt.net/

Repost 0
Published by planches courbes et planches à clous
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 11:00

belle-du-seigneur.jpegSeule sur scène, plongée dans sa baignoire débordante d'eau chaude, Roxanne Borgna s'attaque à un monument de la littérature de Cohen. Vivace et énergique, elle incarne des extraits d'une Belle du Seigneur puissante et charismatique. En plongeant le spectateur dans une sphère intime, la salle de bain du double féminin de Cohen, J.C Fall nous offre la place innatendue de voyeurs. Nous assistons alors aux confidences amoureuses et aux comérages vicieux d'Ariane Auble, qui illumine et dynamise l'espace pourtant si restreint, de ses mouvements de cheveux dégoulinants et d'éclaboussements multiples pour notre plus grand émerveillement.

 

http://jeanclaudefall.com/la-manufacture-compagnie-jean-claude-fall/les-spectacles/83-belle-du-seigneur.html

Repost 0
Published by planches courbes et planches à clous
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 17:43

ionesco.jpegLorsque la Compagnie Méga Pobec s'installe au Théâtre du Rempart, c'est une avalanche de comique qui s'abat sur Avignon. Marie Crouail et David Stevens sont remarquables dans le rôle de l'élève modèle persécutée et du professeur proche de la folie meurtrière. L'espace de 1h10, ils subliment le texte de Ionesco qui ne perd en rien son caractère loufoque et déjanté. La leçon à lieu à l'intérieur d'un décor simple mais efficace car lorsque l'on participe au OFF, mieux vaut faire preuve d'ingéniosité. Le choix du metteur en scène s'est donc arrêté sur une table de classe autour de laquelle l'action en symbiose avec le texte, transporte le spectateur au cœur même d'un humour cynique et grinçant. Idéal pour se plonger dans une bulle de rire et de trouvailles toutes plus surprenantes les unes que les autres, Jean Pierre Brière réussit à nous étonner et à nous séduire jusqu'à la dernière minute de la pièce, car lorsque les masques tombent, la réalité est encore plus vicieuse qu'elle n'y parait.

 

http://www.megapobec.com/ 

Repost 0
Published by planches courbes et planches à clous
commenter cet article

La Voix Du Théâtre

  • : NOUVELLE ADRESSE : http://critiquestheatrales.wordpress.com/
  • NOUVELLE ADRESSE : http://critiquestheatrales.wordpress.com/
  • : Planches courbes et planches à clous, vous éclaire sur les scènes d'un certain type de théâtre. Entre forts partis pris et démarches incomprises, les scènes parisiennes et avignonnaises seront mises à nues. A travers la découverte de nouveaux univers et de points de vues plus aiguisés de professionnels et passionnés,vous aurez une vision du paysage dramatique actuel. Retrouvez moi également sur le site Les Trois Coups.
  • Contact

Profil

  • Les planches à clous
  • La salle a payé et on lui doit le spectacle. Tu es la comédienne de théâtre, la splendeur de l'âge du monde, son accomplissement, l'immensité de sa dernière délivrance. Tu as tout oublié sauf Savannah, Savannah Bay. Savannah Bay c'est toi."
  • La salle a payé et on lui doit le spectacle. Tu es la comédienne de théâtre, la splendeur de l'âge du monde, son accomplissement, l'immensité de sa dernière délivrance. Tu as tout oublié sauf Savannah, Savannah Bay. Savannah Bay c'est toi."

Zoom sur

FESTIVAL D'AUTOMNE

Découverte du mois

Y A-T-IL UNE CRISE THEATRALE?

Rencontres

BERNARD SOBEL